Les Sardignac, bar à vins, bistrot et restaurant à Paris

13h, un restaurant vide. Dans le quartier, c’est rare, pour moi une chance. J’entends mon grand-père me dire de fuir ce genre d’endroits. Nos deux hôtes ont le sourire. Oui, j’oubliais, gros jour de grève, d’où le restaurant désert et le sourire des deux patrons au passage. Nous y sommes, au Les Sardignac.

On est deux, on commande deux entrées, deux plats. La kefta de bœuf me fait envie, je suis rentré pour ça. Le reste est moins original dans le titre, mais on n’est pas dans une librairie après tout… Finalement, la kefta est moins bonne élève que la betterave au pesto. Elle, c’est une surdouée, magistralement réalisée. Vous pouvez en commander 12 à emporter si vous avez quelqu’un à séduire ou une grosse faute à vous faire pardonner !

Le serveur s’y connaît en vin, un verre de blanc sec, un chenin du Val de Loire, sec et rond à la fois, je suis de son avis une fois en bouche. Un verre de rouge tannique, un cépage du Languedoc, autochtone et résistant. Je ne sais à quoi il a résisté, je pensais que le mildiou avait tondu le Languedoc.

Il y a des livres autour du vin, cela doit avoir un rapport avec le restaurant. En attendant, un patron de restaurant qui aime le vin, c’est plus courant que s’il m’avait dit être spécialiste de la civilisation araméenne. Bref, je n’ai pas trop cherché. Lisez la suite !

Une entrecôte potatoes sauce au poivre correct, c’est banal, malheureusement, c’est la carte du midi. Une dorade aux légumes du jour, bisque de Saint-Jacques, mais la bisque est presque anonyme, c’est dommage. Réalisation des deux plats, correcte, mais sans vague, loin derrière les betteraves.

Il est l’heure de partir, 89 euros à 2, c’est dans les prix à Paris… Dernière chose, je vois une personne qui rentre, qui passe derrière le bar directement. Difficile de le rater, le patron, le vrai cette fois. Il donne aussi un spectacle en face, la Vraigustation.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


Rédacteurs

Suivez-nous

Articles populaires

3 1.5K vus

Pub imprimante Mannesmann Tally

Avant de choisir votre prochaine imprimante, rappelez-vous que le premier constructeur européen, et le premier fournisseur du marché français, s’appelle Mannesmann Tally.
Article précédent

Pub Canon T80

Article suivant

L’osso buco : une recette qui veau vraiment le coup

Les derniers articles du Blog

Photo sur fond coloré du cocktail Negroni avec sa tronche d'orange à l'intérieur du verre

Negroni : la recette parfaite pour ce cocktail ultra-rafraîchissant

Cet été, j’ai croisé le Negroni, un cocktail d’une autre époque, peut-être. Orange sombre, ocre transparent – comme si cette couleur pouvait exister – amer, mais pas envahissant. Capiteux comme un parfum, mais pas étourdissant. Il chante le disco, brille dans les néons. Il a presque encore les pattes d’eph, de
huile d'olive chateau la Calissanne

Dégustation d’huile d’Olive

J’ai rapporté de l’huile d’olive fabriquée en France lors du dernier salon de l’agriculture. Une huile d’olive qui a obtenu la médaille d’or du concours organisé par le ministère de l’Agriculture. Non sans raison. Explications. Une huile d’olive reconnue Pas facile de prendre de l’huile d’olive à la petite cuillère
canard revenu avec estragon bien frais

Une recette de canard aux radis

Le canard est très apprécié des étrangers. Ceux intéressés par la cuisine française, bien entendu. Le canard est gras mais il peut être sec rapidement. Compliqué pour ne pas dire capricieux cette viande pour arriver à un plat pas trop gras et savoureux. Le canard aux radis est un bon
vinaigre de malt

Vinaigre balsamique & vinaigre de Malt

Enfant le vinaigre était rouge ou blanc. Enfant les choses sont simples ou simplifiées. Puis avec les années le vinaigre a évolué. On le faisait avec de gros pots en terre très baba cool années 70 en espérant que les mouches allaient larver dedans pour obtenir une mère. C’est bien
place de la concorde paris avant les JO

Paris avant les JO

Les jeux olympiques de Paris sont un fait historique pour Paris avant même que cela soit un événement mondial ou une compétition sportive de premier plan, j’ai décidé d’aller voir Paris avant les JO. Souvent critiqués, et il y a de bonnes raisons, on a ajouté de l’encombrement à une
promiscuité un homme qui crie

La promiscuité

Il ne suffit parfois de rien pour passer d’un monde à un autre sans préavis. Du soleil à la pluie, du jour à la nuit, de la joie au doute. C’est ce qui m’est arrivé aujourd’hui. Je suis passé de la liberté à la promiscuité dans un avion. Pris au

Rédacteurs

AllerEn haut